Aider vraiment Mahmoud Abbas !

À Charm el-Cheikh, Israël a trouvé de nouvelles raisons de refuser un calendrier de règlement définitif du conflit. Au moment où le président palestinien avait le plus besoin d’un soutien international. Analyse.

Ce qui s'est passé lundi à Charm el-Cheikh devrait, en bonne logique, nous amener à changer le regard occidental sur le conflit israélo-palestinien. Sur la rive égyptienne de la mer Rouge, il était question d'apporter un « soutien » au président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, mis en difficulté par la rupture avec le Hamas après les récents événements de Gaza (voir Politis n° 957). En présence du roi Abdallah II de Jordanie et du président égyptien, Hosni Moubarak, on espérait donc que le…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents