« Dénoncer l’arbitraire colonial »

José Bové
est parti en Nouvelle-Calédonie soutenir, durant la campagne législative, les candidats de l’USTKE, qui luttent pour l’indépendance de la Kanaky. Il explique ses liens avec ce mouvement social et politique,
ainsi que les enjeux locaux.

Pourquoi avez-vous décidé de vous inviter dans la campagne des législatives en Nouvelle-Calédonie ? José Bové : Je suis venu ici en tant qu'ami. J'ai décidé de soutenir les deux candidats de l'USTKE 1 aux législatives, Louis Kotra Uregéi, pour la première circonscription, et François-Xavier Apok, pour la deuxième, puisque j'ai réalisé ici, à l'issue du premier tour de l'élection présidentielle, des scores honorables. Je suis arrivé en troisième position dans le Nord, en deuxième position dans les îles, où…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents