Facultés altérées

Préparé dans l’urgence, le projet de loi d’autonomie des universités sera présenté en Conseil des ministres le 4 juillet. En instaurant la mise en concurrence des établissements, il risque de renforcer les inégalités.

Encore une fois, la méthode coince. Au cours de la campagne présidentielle, Nicolas Sarkozy a feint la concertation avec les acteurs du monde de l'éducation. François Fillon lui a emboîté le pas dès sa nomination en annonçant que la réforme de l'université serait « la plus importante de la législature » . Depuis la fin mai, les syndicats d'étudiants, d'enseignants et de chercheurs ont été reçus par Valérie Pécresse, ministre de l'Enseignement supérieur. Le 15 juin, une intersyndicale regroupant seize…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents