La politique du pire

La politique internationale d’isolement du Hamas est à l’origine du chaos qui règne aujourd’hui du côté palestinien. Le refus de reconnaître les élections de janvier 2006 a créé une situation de « non-droit ». Analyse.

Depuis le 15 juin que le Hamas a pris le contrôle de la bande de Gaza, un même slogan parcourt les capitales occidentales : « Soutenir Mahmoud Abbas ! » La formule a les accents rassurants de l'évidence : soutenir le « laïque » contre « l'islamiste », celui qui reconnaît Israël contre celui qui ne le reconnaît pas. Tout cela vu de chez nous semble frappé au coin du bon sens. Il n'y a rien pourtant de plus ambigu. Car de quel soutien s'agit-il ? D'un encouragement à affronter un mouvement qui a remporté des…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents