Rampe de lancement

La troisième édition du festival Berthier a fermé ses portes le 17 juin. Olivier Py réfléchit à une autre forme de tremplin pour les jeunes acteurs.

Ils sont trois. La mère, le père, le fils. Elle, d'abord, qui gigote et astique, annonçant ce qu'elle fait : nettoyer la maison, mettre son tablier, couper les oignons. Elle entre en symbiose avec les tâches ménagères. Amusante, inquiétante, robotique. Lui, Lucien Petit, le type qui a tout raté, campe devant son poste de télé, obsédé par la neige du petit écran. Dans son coin, leur grand gamin fait tomber ses céréales sur le sol, s'abîme dans une émission de télé-réalité, essaie, surtout, de tourner le dos…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents