« Tout remettre à plat »

Daniel Cohn-Bendit invite les Verts à Tours le 30 juin pour commencer, « à chaud, une refondation qui va prendre du temps ». Il le fait avec son franc-parler habituel.

Les Verts ont-ils encore un avenir ? Daniel Cohn-Bendit : Bien sûr. Dans l'espace où ils se trouvent, il n'existe pas de rénovation sans les Verts ; et si les Verts ne se rénovent pas ­ j'y tiens, c'est quasiment mon slogan ­, il n'y aura plus de Verts. Donc pas de rénovation. Il leur faut changer sous peine de disparaître. C'est possible, car ce parti réunit aujourd'hui entre 7 000 et 8 000 militants, mais il ne faut pas oublier qu'au cours des dernières années, 30 000 autres y sont passés, avant de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents