Vie et dessin

Les à-plats noir et blanc de Marjane Satrapi gagnent à l’écran une profondeur bienvenue. Chronique intime et autodérision.

Ingrid Merckx  • 28 juin 2007 abonné·es

En passant du papier à l'écran, Persepolis a gagné des décors. De beaux dégradés de gris, riches de détails quand ils dessinent des palais iraniens ou des architectures viennoises, lourds de violence quand ils montrent un immeuble en ruine ou une scène de guerre. Ces décors font bien plus qu'habiller les noir et blanc secs de Marjane Satrapi, ils leur offrent une profondeur de champ. Aux sens graphique et symbolique, puisqu'ils ajoutent une dimension supplémentaire aux à-plats de personnages. Les figures parlantes créées par la bédéiste iranienne (elle-même, ses

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Culture
Temps de lecture : 3 minutes