Vie et dessin

Les à-plats noir et blanc de Marjane Satrapi gagnent à l’écran une profondeur bienvenue. Chronique intime et autodérision.

En passant du papier à l'écran, Persepolis a gagné des décors. De beaux dégradés de gris, riches de détails quand ils dessinent des palais iraniens ou des architectures viennoises, lourds de violence quand ils montrent un immeuble en ruine ou une scène de guerre. Ces décors font bien plus qu'habiller les noir et blanc secs de Marjane Satrapi, ils leur offrent une profondeur de champ. Aux sens graphique et symbolique, puisqu'ils ajoutent une dimension supplémentaire aux à-plats de personnages. Les figures…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents