Avignon off

Trois semaines après le paradis Quelques jours après le 11 Septembre, le New-Yorkais Israël Horovitz écrivit à chaud ce texte monologué, récit d’un père inquiet pour ses enfants à l’école, d’un opposant à Bush et d’un Juif hanté par le souvenir de l’extermination. Le jeune metteur en scène Ladislas Chollat monte cette confession comme une âpre course contre la montre et une danse libératoire. Daniel San Pedro, le visage traversé d’inquiétudes et de défis, le corps en lutte avec l’art d’être là et ailleurs,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Décolonisation inachevée

Politique accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents