Corails en voie de disparition

Depuis que le TGV-Est est sur les rails, l'offre de service public déraille. Inaugurée le 10 juin, cette nouvelle ligne qui relie Paris à l'Allemagne à grande vitesse frise les 100 % de remplissage, avec 500 000 passagers les seize premiers jours d'exploitation. Du jamais vu. Sauf que ce succès a un prix. Non seulement les tarifs Alsace-Paris ont doublé (promotions exceptées), réservant ainsi ce nouveau service à la clientèle professionnelle habituée à prendre l'avion, dénonce l'Association des usagers des…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents