Darcos (ne) censure (pas encore) la Palme d'or

Le ministre de l’Éducation nationale pris en flagrant délit de complicité avec une association anti-avortement, à propos du film de Cristian Mungiu récompensé à Cannes.

Le retour de l’ordre moral n’est décidément pas qu’une impression. On a pu s’en apercevoir ces dernières années, notamment au travers des plaintes déposées, souvent par des ligues de vertu rances ou des associations de protection des enfants, contre des œuvres ou des expositions d’art contemporain. Dans ce même élan régressif, le gouvernement de Nicolas Sarkozy, via Xavier Darcos, commence fort. Dans un premier geste, le ministre de l’Éducation nationale avait en effet décidé que le travail…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Des écrans de fumée ?

Pédopsy : Nos futurs
par ,

Blog

 lire   partager

Articles récents