Irradiés rembarrés

L’association Moruroa e tatou – 4 000 anciens travailleurs des sites d’essais nucléaires français de Moruroa, Fangataufa et Hao – est priée de remballer ses réclamations. Le rapport présenté par le délégué à la sûreté nucléaire du ministère de la Défense a tranché : il n’existe aucune justification scientifique à sa demande de réparations pour des pathologies dues à une irradiation pendant la période 1966-1996. C’est la confirmation du refus français de considérer les effets à long terme d’expositions à de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.