Jacques Robin, un utopiste fécond

Denis Sieffert  • 12 juillet 2007 abonné·es

Notre ami Jacques Robin s’est éteint samedi dernier, 7 juillet. Il aurait eu 88 ans au mois d’août. Nous l’avons connu en 1990 lorsqu’il fonda avec quelques autres, dont Patrick Viveret, la revue Transversales Sciences Culture. Toute sa démarche transparaît dans l’association de ces trois mots. Jacques Robin était un intellectuel de la pluridisciplinarité. Il combattait les étiquetages, les enfermements de spécialistes. Durant toute sa vie de penseur et d’homme de gauche, il s’est employé à réunir des personnalités et des compétences qui venaient d’horizons différents. Résistant pendant la guerre, héritier politique de la gauche socialiste de Marceau Pivert, puis proche de Michel Rocard, cet ancien médecin sera toute sa vie un rassembleur. Dès 1966, il est à l’initiative d’un groupe de réflexion qui réunit notamment Edgar Morin, Henri Laborit, Joël de Rosnay et René Passet. En 1982, à la demande de Pierre Mauroy, alors Premier ministre, il met en place le Centre d’études des systèmes et technologies avancées (Cesta) et fonde le Groupe science culture, avec Henri Atlan et Jean-Pierre Dupuy.

Mais, au-delà des sigles et des différents avatars de ces laboratoires de la pensée, c’est toujours la même démarche qui guide Jacques Robin : imaginer le futur en réunissant tous ceux qui étaient parvenus à s’élever au-dessus de leur propre science pour réfléchir à une nouvelle réalité sociale. Passionné d’informatique et de toutes les sciences de la communication, mais aussi par les évolutions de la génétique et de la biologie, il versait son savoir au profit de nouvelles formes de démocratie et d’une éthique exigeante. Au-dessus de tout, c’est l’organisation sociale qui captivait cet homme toujours en mouvement. Il interrogeait les potentialités de la science pour libérer l’homme des servitudes du travail. Ce qui l’a conduit notamment dans la proximité intellectuelle d’André Gorz. Il fut aussi parmi les premiers en France à penser l’écologie. Jacques Robin était un utopiste au meilleur sens du mot. Un esprit créatif. Nous regretterons profondément ses appels enthousiastes et cette aptitude communicative à garder foi dans l’avenir. Peut-être parce que son « avenir » nous projetait davantage « après-demain » que demain.

Société
Temps de lecture : 2 minutes

Pour aller plus loin…

Un observatoire pour recenser les atteintes à la liberté de la presse en France
Presse 28 mai 2024 abonné·es

Un observatoire pour recenser les atteintes à la liberté de la presse en France

L’Observatoire français des atteintes à la liberté de la presse (Ofalp) s’est lancé le 24 mai lors d’une rencontre publique, réunissant citoyens et journalistes. Il entend recenser et rendre publiques les entraves au droit d’informer, en publiant un rapport annuel.
Par Clémence Le Maître
Rafah : « J’attends de l’État français qu’il dénonce ce génocide »
Palestine 28 mai 2024 abonné·es

Rafah : « J’attends de l’État français qu’il dénonce ce génocide »

Environ 10 000 personnes se sont rassemblées dans la soirée du lundi 27 mai dans les rues de Paris, suite au bombardement d’un camp de déplacés à Rafah. D’autres manifestations en France ont eu lieu. La frappe israélienne, qui a eu lieu la veille au mépris du droit international, a tué au moins 45 réfugiés palestiniens.
Par Tristan Dereuddre
Après l’expulsion du squat « En gare » à Montreuil, un homme maintenu en rétention
Reportage 27 mai 2024 abonné·es

Après l’expulsion du squat « En gare » à Montreuil, un homme maintenu en rétention

Suite à l’action des forces de l’ordre le 23 mai, deux personnes ayant reçu des OQTF ont été placées 48 h en rétention administrative à Bobigny. Le lendemain, Politis s’y est rendu avec Alexis Corbière, député LFI exerçant son droit de visite. Depuis, l’un des hommes a pu sortir, l’autre a été transféré en centre de rétention administrative.
Par Pauline Migevant
L’expulsion du « En Gare » à Montreuil menace des sans-papiers
Entretien 24 mai 2024 abonné·es

L’expulsion du « En Gare » à Montreuil menace des sans-papiers

Une vingtaine de personnes, pour la plupart sans papiers, vivaient dans ce squat montreuillois. Elles risquent d’être expulsées du pays, craint un coordonnateur du lieu qui nous expose les raisons et conséquences de cette opération de police.
Par Pauline Migevant