La gauche dissoute ?

Depuis la fusion en « Parti démocrate » de la gauche réformiste et du centre-gauche démocrate-chrétien, le très modéré maire de Rome, Walter Veltroni, cherche à prendre la tête de la nouvelle formation. Le 27 juin dernier, dans un discours programmatique « pour une Italie nouvelle » , il énonçait ainsi ses orientations : présidentialisme, baisse des impôts, allongement de la durée du travail et, enfin, mesures sécuritaires musclées mâtinées de peur de l'immigration. Les craintes de nombreux Italiens…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents