La peau de l’homme

Claude-Marie Vadrot  • 19 juillet 2007 abonné·es

Décidés à vendre chèrement leur peau (alors que des éleveurs et des députés des Hautes-Pyrénées ont demandé à Nicolas Sarkozy le « retrait immédiat » de leur congénère Franska pour cause « d’attaques répétées » contre les troupeaux ovins), les ours pyrénéens, émigrés slovènes et autochtones, ont entamé une grève de la faim. Avec une revendication simple : la capture et la délocalisation en région parisienne du député Jean Lassalle, l’un des rares rescapés aux législatives du MoDem. Les ours se plaignent du harcèlement dont ils sont à nouveau l’objet de sa part et d’une nouvelle association de bergers et de chasseurs « Pour le développement durable de l’identité pyrénéenne », dont la seule obsession est la capture de Franska. Regroupement de mauvaises volontés qui ne dépasse pas deux cents personnes dans toutes les Pyrénées. Parole d’ours !

Le collectif des ours compte au moins une vingtaine d’individus, sept Slovènes, leurs enfants, et deux mâles pyrénéens. Il a demandé à rencontrer la secrétaire d’État à l’Écologie pour lui expliquer que les éleveurs ne peuvent pas à la fois recevoir près d’un million d’euros d’aides spécifiques par an et les harceler à coups de fusil. Depuis quelques jours, sous le regard indifférent des gendarmes, une bande de furieux, des éleveurs dont le troupeau n’est qu’une activité secondaire, parcourent la montagne en tirant dans tous les sens pour tenter de faire fuir Franska vers la plaine, où ils imaginent que l’on ne pourra qu’organiser sa capture. Elle est accusée d’avoir provoqué la mort de 94 brebis en Ariège : les experts envoyés sur les lieux n’ont trouvé aucune trace d’ours. Les brebis, mauvaises montagnardes et laissées seules depuis plusieurs jours, auraient été victimes de leur panurgisme bien connu ou d’un groupe de chiens errants les ayant effrayées. Les ours, très remontés contre certains bergers, rappellent qu’en 2006, sur les 600 000 brebis estivant dans les Pyrénées, ils n’en ont bouffé que 200, 20 000 autres ayant été tuées par des chiens dont ils réclament l’éradication.

Et ils avertissent : si nous partons, il n’y aura plus d’aide, et les 150 postes de bergers financés par le ministère de l’Écologie seront supprimés. Ils menacent également de rendre publics les comptes de l’Institution patrimoniale du Haut-Béarn, dirigée par Jean Lassalle, et dont le budget a été dénoncé le 9 juillet par la Cour régionale des comptes. Ce qui pourrait entraîner la délocalisation du député vers la Slovénie. Il n’est pas impossible qu’au terme de cette grève de la faim et du tourisme, le syndicat des ours décide leur départ vers le parc national des Abruzzes italien ou vers celui de Somiedo (Espagne), où on leur fout une paix royale.

Écologie
Temps de lecture : 2 minutes

Pour aller plus loin…

Le lycée agricole de Melle, pépinière du mouvement antibassines
Reportage 15 juillet 2024 abonné·es

Le lycée agricole de Melle, pépinière du mouvement antibassines

L’établissement des Deux-Sèvres voit mûrir au sein de son BTS gestion et protection de la nature une nouvelle génération d’activistes contre l’accaparement de l’eau. Ses élèves aux parcours sinueux trouvent dans ce terroir et son activité militante le déclic d’un engagement durable.
Par Sylvain Lapoix
L’écologie unie face à l’extrême droite
Écologie 25 juin 2024

L’écologie unie face à l’extrême droite

À l’initiative de Reporterre, de nombreuses ONG, penseurs écologistes et militants se sont réunis le lundi 24 juin à Paris. L’objectif : dénoncer l’imposture écologique de l’extrême droite et les dangers de son accession au pouvoir sur l’environnement.
Par Tristan Dereuddre
« Le RN n’a rien compris aux leviers de la lutte contre le dérèglement climatique »
Entretien 17 juin 2024

« Le RN n’a rien compris aux leviers de la lutte contre le dérèglement climatique »

Jean-François Julliard, directeur général de Greenpeace France revient sur la menace que représente l’extrême droite climatosceptique pour la transition écologique et sociale, et sur le rôle décisif de la société civile auprès du Nouveau Front populaire.  
Par Vanina Delmas
Désenclavement : le mythe qui ne tient pas la route
Analyse 12 juin 2024 abonné·es

Désenclavement : le mythe qui ne tient pas la route

Pour les défenseurs de l’autoroute A69, c’est la survie économique du territoire autour de Castres qui est en jeu. Mais quelles réalités néolibérales cet argument sans cesse brandi cache-t-il ?
Par Vanina Delmas