« La réponse autoritariste est le pire des maux »

Pour Philippe Meirieu*, figure des pédagogies nouvelles et professeur à l’université Lyon-II, Nicolas Sarkozy travestit Mai 68 et véhicule des idées fausses sur l’école et sur l’autorité.

Ingrid Merckx  • 26 juillet 2007 abonné·es

Quand Nicolas Sarkozy s'en prend à l'héritage de 1968, qui a, selon lui, « liquidé l'école de Jules Ferry, qui était une école de l'excellence, du mérite, du respect, une école du civisme... », que visait-il~?

Philippe Meirieu~: Nicolas Sarkozy entretient une vision déformée de l'école de Jules Ferry~: il omet de dire qu'elle était portée par une idéologie nationaliste exacerbée, que l'on y apprenait le maniement de la baïonnette, qu'on y chantait les chansons de Déroulède et, surtout, que Jules Ferry n'a jamais cherché à démocratiser l'accès aux savoirs de haut niveau. Après la Commune, il fallait autant «~contenir~» le peuple que l'instruire. Cela dit, Jules Ferry a placé l'école laïque au coeur du projet républicain. C'est un moment de notre

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Société
Temps de lecture : 7 minutes