« La réponse autoritariste est le pire des maux »

Pour Philippe Meirieu*, figure des pédagogies nouvelles et professeur à l’université Lyon-II, Nicolas Sarkozy travestit Mai 68 et véhicule des idées fausses sur l’école et sur l’autorité.

Quand Nicolas Sarkozy s'en prend à l'héritage de 1968, qui a, selon lui, « liquidé l'école de Jules Ferry, qui était une école de l'excellence, du mérite, du respect, une école du civisme... », que visait-il~? Philippe Meirieu~: Nicolas Sarkozy entretient une vision déformée de l'école de Jules Ferry~: il omet de dire qu'elle était portée par une idéologie nationaliste exacerbée, que l'on y apprenait le maniement de la baïonnette, qu'on y chantait les chansons de Déroulède et, surtout, que Jules Ferry n'a…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.