Les « fous de la mer »

Sur le millier de clandestins qui ont rallié l’Espagne depuis le début
du mois de mai, la plupart sont sénégalais. Reportage dans la banlieue de Dakar, où les jeunes tapent le ballon en fixant le large.

Olivier Aubert  • 5 juillet 2007 abonné·es
Les « fous de la mer »

Plage de Hann, banlieue de Dakar, 17 heures. Souleymane tape le ballon en plaisantant, tuant la fin de l'après-midi avant la prière. La température frise les 35 degrés. Mis à part les quelques coups de marteaux répétés provenant du chantier de construction naval à côté, seule la mer, avec ses vagues, vient ponctuer les cris des petits footballeurs. Fils de pêcheur, Souleymane passe ses journées à traîner le long de la plage, où l'on débarque le poisson. « Ici, il n'y a rien à faire. Je ne veux pas rester à la charge de mon père toute ma vie » , répète-t-il en regardant vers le large. À 18 ans, célibataire,

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Temps de lecture : 6 minutes