Mai 68, le bel héritage

Alors que Nicolas Sarkozy exprime sa haine de Mai 68, ce dossier se propose de restituer l’atmosphère sérieuse et joyeuse du « joli mois de Mai », en même temps que d’en éclairer les significations et la portée.

Christophe Kantcheff  • 26 juillet 2007 abonné·es
Mai 68, le bel héritage

La revanche est un plat qui se mange aigre. Pour son discours entre les deux tours de l'élection présidentielle, le 29 avril à Bercy, le candidat Nicolas Sarkozy a choisi un thème surprise, non lié à l'actualité, et que ne justifiait en rien le profil de sa rivale de l' « ordre juste » ~: la critique de Mai 68. Et sur quel ton~! Et avec quels mots véhéments~! Il fallait, dit-il, en « liquider l'héritage » . L'expression a frappé (c'était fait pour), de la même manière que le « kärcher » destiné aux banlieues.

En réalité, le futur

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Société
Temps de lecture : 5 minutes