Mai 68, le bel héritage

Alors que Nicolas Sarkozy exprime sa haine de Mai 68, ce dossier se propose de restituer l’atmosphère sérieuse et joyeuse du « joli mois de Mai », en même temps que d’en éclairer les significations et la portée.

La revanche est un plat qui se mange aigre. Pour son discours entre les deux tours de l'élection présidentielle, le 29 avril à Bercy, le candidat Nicolas Sarkozy a choisi un thème surprise, non lié à l'actualité, et que ne justifiait en rien le profil de sa rivale de l' « ordre juste » ~: la critique de Mai 68. Et sur quel ton~! Et avec quels mots véhéments~! Il fallait, dit-il, en « liquider l'héritage » . L'expression a frappé (c'était fait pour), de la même manière que le « kärcher » destiné aux…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.