Parutions

Politis  • 12 juillet 2007 abonné·es

Le choc Wittig

« Les lesbiennes ne sont pas des femmes ! » Cette formule choc, prononcée par Monique Wittig en 1978 en conclusion
de sa série de conférences sur « la pensée straight » (« hétéro », en anglais), n’en finit pas de provoquer admiration ou indignation envers cette fondatrice du MLF, exilée aux États-Unis depuis 1975. Dénonçant la « naturalité » supposée de l’hétérosexualité dans nos structures de pensée – de l’anthropologie à la psychanalyse –, l’auteure déconstruisait son caractère de véritable « régime politique ». Publiée très tardivement en France (2001), la traduction de ce grand classique des gender studies par Marie-Hélène Bourcier, revue par Monique Wittig elle-même, fait aujourd’hui l’objet d’une reparution. Un texte majeur.
La Pensée straight, Monique Wittig, présenté et traduit de l’anglais par Marie-Hélène Bourcier, Amsterdam, 124 p., 13 euros.

Culture politique

Même si des cursus d’« études culturelles » existent depuis peu dans l’Université française, les cultural studies demeurent encore méconnues dans l’Hexagone. Fidèles à leur politique courageuse de traduction et de diffusion de travaux étrangers en sciences sociales, les Éditions Amsterdam proposent au lecteur français, à partir de 14 textes choisis par le chercheur Maxime Cervulle,
de découvrir Stuart Hall, auteur renommé de ce champ d’études. Né en Jamaïque, fondateur de la New Left Review, Stuart Hall fut le principal animateur du Center for Contemporary Cultural Studies, véritable tête de pont de ce champ de recherches.
Il contribua aussi au développement des postcolonial studies en travaillant – notamment à partir de sa propre expérience – sur les représentations des minorités noires en Grande-Bretagne.
Outre ce premier recueil de textes,
un entretien avec l’auteur fait également l’objet d’un petit volume.
Identités et cultures. Politiques des cultural studies, Stuart Hall, édition établie par Maxime Cervulle, traduit de l’anglais par Christophe Jaquet, Amsterdam, 336 p., 22 euros.
Stuart Hall, Mark Alizart, Stuart Hall, Éric Macé et Éric Maigret, traduit de l’anglais par Adrien Quenette, Amsterdam, 144 p., 8 euros.

Queer !

Quasiment inconnue en France, Teresa de Lauretis est une universitaire italienne travaillant aux États-Unis depuis 1966.
Les écrits de cette militante féministe
et lesbienne sont parmi les premiers à proposer l’occurrence d’une théorie queer (« bizarre », en anglais) en travaillant, avec le retournement de l’insulte en fierté, à la déconstruction du genre et de ses représentations.
Théorie queer et cultures populaires. De Foucault à Cronenberg, Teresa de Lauretis, traduit de l’anglais par Marie-Hélène Bourcier, préface de Pascale Molinier, La Dispute, 192 p., 14 euros.

Idées
Temps de lecture : 2 minutes

Pour aller plus loin…

« Un p’tit truc en plus » : une fable pour garder les yeux fermés
Intersections 21 mai 2024

« Un p’tit truc en plus » : une fable pour garder les yeux fermés

Dans le film Un p’tit truc en plus d’Artus, Céline Extenso pointe une dissimulation des violences concrètes que subissent les personnes handicapées, à l’instar de l’institutionnalisation.
Par Céline Extenso
L’empire qui ne veut pas mourir
Histoire 21 mai 2024 abonné·es

L’empire qui ne veut pas mourir

Dans La Malédiction de la muscade, le romancier et essayiste indien Amitav Ghosh retrace l’emprise de l’Occident sur le monde, depuis ses racines issues de la colonisation européenne jusqu’aux désastres écologiques en cours. Un périple traversant les frontières géographiques, temporelles et anthropologiques.  
Par François Rulier
« Si la coalition des droites l’emporte, cela pourrait entraîner la plongée vers le chaos »
Entretien 21 mai 2024 abonné·es

« Si la coalition des droites l’emporte, cela pourrait entraîner la plongée vers le chaos »

La tête de liste des Écologistes tente de défendre ses propositions proeuropéennes, comme le fonds de souveraineté écologique ou le droit de veto social. Et dénonce l’extrême droite de Jordan Bardella.
Par Vanina Delmas
Judith Godrèche : « Je sais que ma vérité est imparable » 
Entretien 15 mai 2024 libéré

Judith Godrèche : « Je sais que ma vérité est imparable » 

Moi aussi : c’est le nom du court-métrage que présente l’actrice et réalisatrice Judith Godrèche au festival de Cannes, ce mercredi. Un projet où l’on suit un millier de personnes ayant répondu à son appel à témoignages. Pour Politis, elle revient sur cette initiative et raconte l’intimité de son combat contre les violences sexistes et sexuelles.
Par Pauline Migevant