Risque de contagion

Le siège de Nahr el Bared par l’armée libanaise mobilise tous les camps palestiniens du Liban, qui craignent d’être les victimes d’un chaos exploité par les puissances occidentales. Reportage.

Beyrouth méconnaissable, étrangement déserte, comme sous couvre-feu... Les combats qui ont lieu depuis le 20 mai au nord du Liban et opposent l'armée et le groupe salafiste Fatah al-Islam dans le camp palestinien de Nahr el Bared font écho aux attentats qui ont figé la capitale. Il faut arriver à Sabra pour retrouver la foule. Le camp détruit lors du massacre de 1982, jamais reconstruit, est devenu un quartier misérable et suractif, sorte d'antichambre ouvrant sur Chatila, qui compte aujourd'hui quelque 12…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.