« Se réapproprier sa propre fiction »

Avant Second Life, le jeu « les Sims », créé en 1999, proposait
un monde parallèle où la plus grande liberté cohabitait
avec une codification rigoureuse. L’écrivain Chloé Delaume en a tiré le matériau d’une expérience littéraire, « Corpus Simsi ».

Pour « Corpus Simsi », variation sur la notion d'autofiction, vous vous êtes créé un avatar. Quel était votre objectif en tant qu'écrivain ? Chloé Delaume : Nous sommes englobés dans une série de fictions collectives, politiques, sociales, familiales... Mon obsession, c'est : comment peut-on se réapproprier sa propre fiction ? Or, « les Sims » sont un générateur de fiction : le joueur doit créer un personnage avec des caractéristiques précises. Ce jeu me paraissait donc représenter une tentative assez…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.