Un cinéaste dans le mouvement

Jean-Pierre Thorn, qui a tourné son premier long-métrage en 1968, porte à la fois la chronique du mouvement et sa critique.

Jean-Pierre Thorn est né au cinéma et à la politique la même année, en 1968. Ou presque~: âgé de 21 ans, il avait déjà réalisé un court-métrage. Début mai, il participe aux premières manifestations qui partent de la Sorbonne en direction des usines. Il vient de découvrir le cinéma direct américain de Pennebaker ainsi qu' Octobre, d'Eisenstein, et décide de filmer la grève des ouvriers de l'intérieur. Des « copains maoïstes de la rue d'Ulm qui avaient un établi à Flins » le font entrer. La caméra à la main,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Macron, l’Europe et Poutine

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.