Bourse aux élèves

Les meilleurs lycées de France, notamment à Paris, fonctionnent déjà sur un système de « libre choix régulé ». Reste un obstacle : le nombre de places.

Statu quo dans les établissements d'élite. Si les assouplissements prévus pour la rentrée 2007 par le ministre de l'Éducation, Xavier Darcos, inquiètent les chefs d'établissements du secondaire dits « difficiles », les collèges et lycées les plus cotés de l'Hexagone, notamment parisiens, ne voient pas leur mode de recrutement bouleversé. Avant la réforme, environ 30 % de « tricheurs » dérogeaient à la carte scolaire sur tout le territoire. Ce chiffre comprend des disparités très importantes, tant au niveau…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.