Les prémisses d’une offensive

Annoncé fin mai, l’assouplissement de la carte scolaire n’a, pour l’instant, pas entraîné de grands bouleversements, d’après les chefs d’établissement. Les parents d’élèves dénoncent pour leur part une mesure « illusionniste ».

Rentrée scolaire 2007, l'an I de la suppression progressive de la sectorisation. Depuis le 30 juin, date butoir de dépôt des demandes de dérogation, chaque inspection académique a tranché parmi les requêtes des parents d'élèves. On craignait qu'une désertion massive des « bons » élèves des établissements « sensibles » n'entraîne une concentration problématique d'élèves en difficulté dans ceux de « mauvaise réputation ». La nouvelle mesure semble, pour l'heure, ne pas avoir entraîné les bouleversements…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.