Ces arbres de malheur

La destruction des forêts chiliennes et leur remplacement par des plantations artificielles engendrent une série de calamités écologiques et sociales. Reportage de Claire Martin

Des pins et des eucalyptus, plantés en lignes droites, à perte de vue. Des paysages de désolation là où ils ont été rasés. Des camions chargés de troncs d'arbres qui n'en finissent pas de passer. Au sud du Chili, dans les régions du Bio-bio et de l'Araucanía, les plantations des grandes entreprises forestières couvrent 80 % des sols cultivables. Cette monoculture a fini par remplacer les forêts natives. Ces « forêts » plantées composent un paysage monotone et oppressant qui encercle les villages.…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents