« Choisir les alternatives »

Réalisateur du documentaire « l’Assiette sale » sur l’exploitation de saisonniers étrangers dans les Bouches-du-Rhône, Denys Piningre défend une agriculture saine et à visage humain.

Thierry Brun  • 6 septembre 2007 abonné·es

Il n'est pas facile de réaliser un film dénonçant l'agriculture intensive, et tourner l'Assiette sale vous a pris du temps. À quand remonte ce projet ?

Denys Piningre : Le projet de ce film, qui avait alors pour titre Saint-Martin, le Rif et les tomates rouges [^2], remonte à 2005, lorsque, pour la première fois, des ouvriers saisonniers étrangers sous contrat « OMI [^3] » se sont mis en grève dans une grande exploitation arboricole entre Arles et Salon-de-Provence. Le

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Temps de lecture : 4 minutes