Le mouvement de l’écriture

Frédéric-Yves Jeannet poursuit son œuvre singulière avec « Recouvrance », livre haletant et vertigineux, où l’auteur, explorant sa vie passée, témoigne
de sa quête formelle, d’une présence au monde et de notre histoire collective.

Christophe Kantcheff  • 20 septembre 2007 abonné·es

Certes, il faut, de temps en temps, publier un livre. C'est à cela, dit-on, qu'on reconnaît un écrivain. Pourtant, là n'est peut-être pas l'essentiel. Un écrivain n'est pas tant celui qui « paraît » ­ avec tous les sens que ce verbe recèle ­ que celui qui habite l'écriture, et est investi par elle. Non pas un graphomane ni un pisseur de copie. Mais quelqu'un pour qui l'écriture est une entreprise de déchiffrage, nécessaire et utopique, de ce qui dans l'existence et dans le monde échappe, s'évanouit, se dilapide, ou se tapit dans l'invisible.

L'acte d'écrire, dès lors, peut connaître des ratés, être mis quelque temps entre

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Culture
Temps de lecture : 6 minutes