Les 35 heures, un cas d’école

Le travail doit-il être au centre de tout projet de gauche ?

La gauche est menacée par la tentation de la table rase. Puisque la gauche, ou plutôt les gauches, a vu ses programmes battus, la nécessaire refondation passerait par une révision ou une « modernisation » de ces programmes. C'est très discutable : un programme battu n'est pas forcément mauvais, et il ne suffit pas d'avoir un « bon » programme pour qu'on se mobilise ou qu'on vote pour lui. Il doit paraître souhaitable et crédible, mais il ne doit pas non plus avoir été déconsidéré par des mises en oeuvre…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.