Les 35 heures, un cas d’école

Le travail doit-il être au centre de tout projet de gauche ?

Michel Husson  • 27 septembre 2007 abonné·es

La gauche est menacée par la tentation de la table rase. Puisque la gauche, ou plutôt les gauches, a vu ses programmes battus, la nécessaire refondation passerait par une révision ou une « modernisation » de ces programmes. C'est très discutable : un programme battu n'est pas forcément mauvais, et il ne suffit pas d'avoir un « bon » programme pour qu'on se mobilise ou qu'on vote pour lui. Il doit paraître souhaitable et crédible, mais il ne doit pas non plus avoir été déconsidéré par des mises en oeuvre inachevées. La réduction du temps de travail (RTT) est de ce point de vue un véritable cas d'école.

Les raisons du bilan ambigu des 35 heures sont connues. La gauche gouvernementale a multiplié des aménagements qui ont perverti le projet initial. Le principe de maintien du salaire avait été affirmé et, en contrepartie, des aides publiques avaient été prévues. C'était déjà

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Idées
Temps de lecture : 5 minutes

Pour aller plus loin…