Mickey chez les Soviets

Toujours aussi farce, Michael Moore s’indigne, dans « Sicko »,
de l’absence de couverture médicale universelle dans le pays
le plus riche du monde.

Mickey est en quête de solidarité. Vous savez, précise-t-il, cet élan qui nous a poussés à tendre la main aux autres au lendemain du 11 Septembre. Une solidarité nationale qui permettrait à son pays, le plus riche du monde, de disposer « d'un système de santé gratuit » plutôt que d'assurances privées meurtrières. Et Mickey (qui confond public et gratuit) de rendre visite à cet homme qui, les doigts sectionnés, a dû préférer son annulaire à son majeur, trois fois plus coûteux. Ou cette dame qui a perdu sa…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.