Quand la coupe déborde

Avec la Coupe du monde de rugby, qui s’ouvre ce vendredi à Saint-Denis, un sport qui avait jusque-là échappé à la surmédiatisation devient un enjeu politique et financier.

Nous sommes nombreux à entretenir avec le sport de compétition un rapport ambigu, voire gentiment hypocrite. Critique avant et après le match, passionné pendant. C'est que, quoi qu'on en dise, et quoi qu'on en sache, le foot, le rugby, le cyclisme, l'athlétisme font partie d'une culture populaire qui nous renvoie souvent à l'héritage paternel et à la petite enfance. Lire Camus évoquant les matchs de foot sur les terrains vagues de Kouba, près d'Alger, entre « gosses arabes et français » . Que celui qui n'a…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Ouvrez les fenêtres, lisez la presse indépendante

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

COP 26 : la fin du blabla ?

Écologie
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.