Sélection pas naturelle

Pour un meilleur contrôle, le ministère de l’Écologie compte privilégier certaines grosses associations aux dépens de plus petites, qui assurent pourtant des missions de service public.

La tendance date de 2002, mais c'est Nicolas Sarkozy qui la conceptualisée, pendant sa brève carrière de ministre de l'Économie et des Finances, en 2004 : la cure d'amaigrissement imposée aux associations environnementales sous prétexte que « leur utilité n'est pas évidente et que [leurs] membres utilisent cet argent pour s'opposer à la politique de l'État » . Comme disait Victor Hugo, Napoléon pointait déjà sous Bonaparte. Aujourd'hui, alors que plusieurs associations comme France nature environnement,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

La peste Zemmour

Politique accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.