Un état de grâce « fragile »

L’Union syndicale Solidaires appelle à un front commun avant les négociations engagées par le gouvernement. Pierre Khalfa, son secrétaire national, estime qu’un rapport de force est possible.

L'université du Medef a été l'occasion, pour Nicolas Sarkozy, de donner le ton d'une rentrée sociale chargée. Comment votre syndicat analyse-t-il l'attitude du Président ? Pierre Khalfa : Qu'un Président choisisse de faire sa rentrée au Medef, c'est une grande première, fortement symbolique. Il donne en effet un poids considérable à une organisation représentant des intérêts privés, alors qu'il est censé représenter l'intérêt général. Un saut vient d'être franchi dans la connivence entre le pouvoir…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Ouvrez les fenêtres, lisez la presse indépendante

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

COP 26 : la fin du blabla ?

Écologie
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.