Un imperceptible tremblement…

Et si, derrière le discours bravache, le bras du matamore commençait à trembler ? On avait un peu cette impression en entendant Nicolas Sarkozy, mardi, décliner son programme social. Tout le monde a noté la rupture de ton au moment d'aborder l'épineuse questions des retraites. Comme si le président de la République entrait à reculons dans cet affrontement qu'il a si souvent promis et appelé de ses voeux. C'est qu'en s'attaquant, notamment, aux régimes spéciaux, Nicolas Sarkozy sait qu'il a quelques mauvais…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents