« Une culture de la liaison »

Médecin, ancien international de rugby et vice-président du syndicat des joueurs
de rugby professionnels, Provale,
Serge Simon explique pourquoi la professionna-
lisation
n’a pas,
pour l’instant, altéré l’essence d’un sport fondé sur
le combat collectif.

Ingrid Merckx  • 6 septembre 2007 abonné·es

Comment le rugby a-t-il évolué depuis 1995, date de sa professionnalisation ?

Serge Simon : La professionnalisation a entraîné une révolution au niveau des clubs, des structures, des dirigeants... Nommé à la présidence du syndicat des joueurs de rugby professionnels au moment où les choses ont commencé à se mettre en place, j'ai vécu cette évolution de l'intérieur. Première conséquence, la fédération a été obligée de créer une ligue professionnelle autonome, avec qui les rapports ne sont d'ailleurs pas toujours faciles. Plusieurs habitudes séculaires ­ tradition orale, compagnonnage ­ qui rendaient bien des services, mais montraient des limites à l'heure où les enjeux grandissaient, ont été abandonnées. Et, nous en sommes assez fiers, le rugby est le

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Société
Temps de lecture : 8 minutes