« Une culture de la liaison »

Médecin, ancien international de rugby et vice-président du syndicat des joueurs
de rugby professionnels, Provale,
Serge Simon explique pourquoi la professionna-
lisation
n’a pas,
pour l’instant, altéré l’essence d’un sport fondé sur
le combat collectif.

Ingrid Merckx  • 6 septembre 2007 abonné·es

Comment le rugby a-t-il évolué depuis 1995, date de sa professionnalisation ?

Serge Simon : La professionnalisation a entraîné une révolution au niveau des clubs, des structures, des dirigeants... Nommé à la présidence du syndicat des joueurs de rugby professionnels au moment où les choses ont commencé à se mettre en place, j'ai vécu cette évolution de l'intérieur. Première conséquence, la fédération a été obligée de créer une ligue professionnelle autonome, avec qui les rapports ne sont d'ailleurs pas toujours faciles. Plusieurs habitudes séculaires ­ tradition orale, compagnonnage ­ qui rendaient bien des services, mais montraient des limites à l'heure où les enjeux grandissaient, ont été abandonnées. Et, nous en sommes assez fiers, le rugby est le premier sport à avoir une convention collective. Ce qui veut dire : une bonne protection des salariés, pas de surchauffe, pas de bulle spéculative.

Ces évolutions font qu'aujourd'hui le rugby fonctionne plutôt bien, et dans des structures plutôt saines. Au niveau humain, le rugby s'est transformé, surtout depuis que j'ai arrêté de jouer, en 2000. La préparation athlétique a modifié le jeu, les physiques et les mentalités. Jusqu'en 1996, on s'entraînait trois, quatre fois par semaine. Puis on est passé à huit fois par semaine. Ceux qui ont commencé le rugby dans ces années-là connaissent une véritable exclusivité de pratique. Ce qui est nouveau dans l'histoire de

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Société
Temps de lecture : 8 minutes

Pour aller plus loin…

À l’hôpital de Bourges, « on accepte que la mort puisse être une issue »
Reportage 23 février 2024 abonné·es

À l’hôpital de Bourges, « on accepte que la mort puisse être une issue »

Malgré le manque de moyens et le désert médical dont souffre le département du Cher, la petite équipe de ce centre hospitalier essaie de soulager la douleur des patients en fin de vie.
Par Hugo Boursier
En France, la très lente révolution de la « culture palliative »
Santé 23 février 2024

En France, la très lente révolution de la « culture palliative »

Alors que des pays étrangers mettent en avant ces soins de confort, la France accuse un retard considérable. La faute au tabou de la fin de vie parmi des soignants concentrés sur l’unique objectif de guérison.
Par Hugo Boursier
À Marcq Institution, un professeur suspendu pour violences sexuelles après des années d’alertes
Enquête 22 février 2024

À Marcq Institution, un professeur suspendu pour violences sexuelles après des années d’alertes

Un professeur d’anglais du prestigieux lycée privé de la métropole lilloise est suspendu depuis le 31 janvier, après avoir été accusé par une élève d’avoir eu « une attitude inappropriée ». L’établissement assure avoir été réactif. Mediacités et Politis révèlent pourtant que plusieurs alertes le concernant avaient déjà été effectuées.
Par Pierre Jequier-Zalc
Protection de l’enfance : crise sociale et malaise politique autour de la Sauvegarde 93
Enfance 22 février 2024

Protection de l’enfance : crise sociale et malaise politique autour de la Sauvegarde 93

L’une des plus grosses associations de la Seine-Saint-Denis accumule les témoignages et les rapports accablants contre sa direction et ses méthodes de management. Face à une crise qui s’intensifie depuis février 2021, le département – qui assure le principal financement de l’association – reste sourd malgré les appels à l’aide des salariés.
Par Tristan Dereuddre