À propos de quelques paradoxes…

Pierre Zaoui propose un chassé-croisé entre le libéralisme en trompe-l’œil de la droite et l’antilibéralisme d’une gauche qui devrait davantage se réclamer de la liberté et de l’individualisme. Nous publions cette semaine trois nouvelles contributions sur « ces questions qui fâchent à gauche ». Celles-ci sont à consulter dans notre rubrique Idées et sur le site de la revue Mouvements.

On rappelle souvent que Marx aimait à dire, vers la fin de sa vie, qu'au moins une chose pour lui était sûre, c'est qu'il n'était pas marxiste. Mais on pourrait ajouter sans crainte que deux autres choses étaient tout aussi sûres : qu'il n'était ni anticapitaliste ni antilibéral. Il ne pouvait pas être anticapitaliste, parce que les termes de capitalisme et de système capitaliste n'existaient pas encore : on n'en trouve les premières occurrences qu'à partir du début du XXe siècle, notamment avec la…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Ouvrez les fenêtres, lisez la presse indépendante

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

COP 26 : la fin du blabla ?

Écologie
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.