André Gorz, l’autonome fusionnel

Le philosophe s’est suicidé le 24 septembre avec sa femme malade. Un penseur inclassable, inventeur de l’écologie politique et critique radical du capitalisme.

Il me dit un jour : « Je ne vous ai encore jamais parlé de mon grand oeuvre, venez voir... » C'était il y a cinq ans, et André Gorz avait déjà livré depuis longtemps les fondements de sa pensée philosophique : le Traître , élogieusement préfacé par Sartre, qui le voyait comme un des plus brillants penseurs de son temps, la Morale de l'histoire 1 et Fondements pour une morale 2. En une dizaine d'ouvrages, il avait aussi bâti une puissante critique du capitalisme, ainsi qu'une relecture sans concession du…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Au lycée, le SOS des SES

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.