« Ce n’est pas l’intérêt qui mène le monde »

En rééditant Benoît Malon, le sociologue Philippe Chanial* propose une nouvelle lecture du socialisme d’inspiration libertaire, engagé dans le mouvement coopératif et dans les luttes des femmes.

Pour quelles raisons avez-vous dirigé et présenté la réédition de la Morale sociale 1, un livre de Benoît Malon, figure oubliée du socialisme français ? Philippe Chanial : Nous avons la fâcheuse habitude de négliger la force et l'originalité de la tradition républicaine et socialiste française. Tout se passe comme si, des années 1830 à la veille de la Première Guerre mondiale, les libéraux et les conservateurs avaient eu le monopole de la pensée. Un ouvrage comme la Morale sociale montre comment un…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents