Décharges électriques

Dans « Zone de combat », Hugues Jallon sature
le discours thérapeutique et figure un espace anxiogène où des victimes peinent à se reconstruire.

C'est comme une séance de relaxation. « Allez./Vous vous installez/Vous retrouvez la position. » La voix dit vous. Elle dit nous. « Nous sommes ensemble./Nous en avons besoin. » Il est question d'une disparition passée. D'un danger qui s'éloigne. Et puis une autre voix s'insinue. Ou peut-être est-ce la même, mais sur un autre ton. Plus fort, en majuscules, elle prononce des bouts de phrases, comme des messages à enregistrer, à intégrer, à visualiser. «~DANS LA ZONE DE COMBAT/ NOUS SURMONTONS L'ADVERSITÉ.~»…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Winter is coming ou l'effondrement qui vient

Sur le vif accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents