Illusions perdues

« Le Rideau de sucre », de Camila Guzman Urzua, propose une vision personnelle et subtile de Cuba.

Le film de Camila Guzman Urzua est sans aucun doute l'un des plus subtils qu'il nous ait été donné de voir sur Cuba depuis longtemps. Loin d'être un dossier à charge ou à décharge, le Rideau de sucre propose une vision à la fois très personnelle et juste d'un pays qui a été une terre d'accueil pour la famille Guzman (Camila est la fille du cinéaste chilien Patricio Guzman), exilée après le coup d'État au Chili de 1973. La famille a été logée par l'État, et les enfants ont bénéficié du système éducatif…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le mythe du renouveau macronien dans les eaux troubles de la « raison d’Etat »

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents