Implacable

« Moi, Pierre Rivière… », de René Allio, ressort sur les écrans. Un film d’une force singulière.

Trois semaines après la sortie de Retour en Normandie , riche documentaire de Nicolas Philibert, qui revenait trente ans après sur les lieux du tournage de Moi, Pierre Rivière, ayant égorgé ma mère, ma soeur et mon frère , le film de René Allio est à nouveau en salle. À cette occasion, on (re)découvre en particulier que les images de Moi, Pierre Rivière... utilisées par Nicolas Philibert ont été passées en noir et blanc, sans doute pour faciliter une identification immédiate et pour travailler sur l'écart…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents