Désengagements de l'État

Une crise n'attend pas l'autre. Après les cheminots, les banlieues. Apparemment, il n'y a aucun rapport entre un mouvement social somme toute classique et des affrontements de jeunes avec des CRS dans le Val-d'Oise. Il n'est cependant pas très difficile de démontrer que, dans un cas comme dans l'autre, la crise résulte plus ou moins directement d'une politique de désengagement de l'État. Certes, on peut voir dans cette affirmation un paradoxe puisque c'est généralement à partir de la présence de la police…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents