« Il paraît que mon métier n’est plus pénible ! »

Jérémy Peron* a 33 ans. Il est machiniste receveur à Créteil. Il témoigne de ses conditions de travail.

Je suis entré en 2004 à la RATP, à l'âge de 30 ans. Je travaille en horaires décalés dans un créneau allant de 4 h du matin à 2 h du matin, suivant les différents horaires qui me sont attribués. La durée de travail par service peut atteindre 7 h 30 en une seule fois et 8 h 15 en deux parties. Plus de 25 % des services qui me sont attribués sont des services en deux parties pouvant atteindre une amplitude de 13 heures, avec de longues coupures. Comme j'habite en Seine-et-Marne, je suis souvent obligé de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Au lycée, le SOS des SES

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.