Le parrain russe

David Cronenberg explore les dessous des mafias de l’Est pour mettre en scène l’intrusion de la violence dans l’ordinaire, et l’empreinte qu’elle laisse sur les corps.

Il est chauffeur dans la mafia. Pas n'importe laquelle, celle venue de Russie à Londres. Le gang des vori v'zakone . Criminels sanguinaires qui ne respectent rien sinon la hiérarchie de la famille qu'ils se sont choisie : « Je n'ai ni père ni mère ; je suis déjà mort. » Lui, il est juste leur chauffeur. Le visage impassible, le cheveu plaqué, l'accent fort et le regard troublant... C'est par l'intermédiaire de Nikolaï (Viggo Mortensen) que David Cronenberg nous introduit dans un nouveau « milieu ». QG : le…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le bac des uns et le bac des autres

Culture
par ,

 lire   partager

Articles récents