Les sacrifiés du climat

Le 3 décembre s’ouvre à Bali la conférence annuelle de l’ONU sur le climat, alors que le dérèglement s’accélère et que se profile le spectre de millions de réfugiés, tels ceux du Bangladesh dévasté par un cyclone.

On dénombrera probablement près d'une dizaine de milliers de morts, quand les eaux auront reflué et que l'assistance parviendra enfin aux nombreux sinistrés des zones inondées inaccessibles. Le cyclone Sidr, qui a dévasté le delta du sud-ouest du Bangladesh le 15 novembre, est le pire qu'ait connu le pays depuis deux décennies. Des vents jusqu'à 240 km/h ont poussé des vagues de 6 mètres de haut. Les dégâts sont démesurés : plus de 500 000 hectares de cultures ont été touchés, principalement des rizières…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.