Thon marron

Très grosse responsabilité pour la Commission internationale de gestion des thonidés de l'Atlantique (Iccat), réunie en Turquie, et qui doit décider avant le 18 novembre d'actions enfin efficaces de protection du thon rouge, au bord de la disparition en Méditerranée, après dix ans de surexploitation et de pêche illégale. Les demi-mesures de l'an dernier n'ont même pas été appliquées, et les quotas définis en 2006 ont été superbement ignorés. Pour Greenpeace, une seule solution désormais : fermer sine die…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.