Carnet du sous-sol

Un roman de Sandor Marai sur le siège de Budapest, mariant le reportage et l’analyse.

Dans la Guerre des mondes de Spielberg, juste après le déclenchement des hostilités, il y a une scène de panique où une foule en délire se jette sur la seule voiture qui pourrait assurer la fuite. Comment se comportent les individus et les groupes au coeur de la tourmente ? C'est ce que décortique Sandor Marai dans Libération . L'écrivain hongrois (mort en 1989) remontant pièce par pièce le siège de Budapest pour défaire les comportements de chacun et interroger ce qui reste de la question humaine quand…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le bac des uns et le bac des autres

Culture
par ,

 lire   partager

Articles récents