De l'OGM à l'ADN...

Une dizaine de « faucheurs volontaires d'OGM » font l'affiche, ce jeudi, du tribunal de Cahors pour refus de se soumettre à « un prélèvement biologique destiné à leur identification génétique » . La semaine prochaine, à Orléans, ils seront une vingtaine devant un tribunal pour le même motif. Victimes d'initiatives de policiers agissant sur instructions du ministère de l'Intérieur, aucun de ces prélèvements n'ayant été ordonné par un juge d'instruction. « Récemment , explique l'avocat François Roux , le…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

La « théorie décoloniale » ou l’invention d’un ennemi commun

Tribunes accès libre
par et ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.