Foire du trône

Denis Sieffert  • 20 décembre 2007 abonné·es

En politique, les références ne sont jamais anodines. Dans un petit livre qu'il faut décidément relire, Marx soutenait brillamment la thèse selon laquelle les événements se répètent, non par hasard, mais parce que les grands hommes ont toujours besoin de figures tutélaires puisées dans le passé [^2]. C'est ainsi, disait-il, que Luther a pris le masque de l'apôtre Paul, que les révolutionnaires de 1789 se sont drapés dans le costume de la République romaine, et que ceux de 1848 ont parodié leurs ancêtres de1789. On entend déjà la nuance : les uns utilisent le passé pour magnifier leur action ; les autres ne font que le parodier. Tel Louis-Napoléon Bonaparte poussant l'imitation de son illustre aïeul jusqu'à rétablir le calendrier révolutionnaire, et à fomenter comme lui

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)

Une analyse au cordeau, et toujours pédagogique, des grandes questions internationales et politiques qui font l’actualité.

Temps de lecture : 4 minutes