La Crimée broie du noir

En mer Noire, alors que le pétrole continue de se répandre sur les côtes, un mois après la tempête qui a entraîné le naufrage de plusieurs bateaux, Russes et Ukrainiens se renvoient les responsabilités. Reportage.

Près de quatre semaines après la violente tempête du 11 novembre, qui a coulé cinq navires et échoué huit autres dans le détroit de Kertch séparant la petite mer d'Azov de la mer Noire, le pétrole gagne doucement les côtes sud de la Crimée. Dans le détroit de Kertch, près de 70 000 oiseaux ont été tués par la marée noire. NEMENOV/AFP L'épave du pétrolier russe Volganeft - 139 continue de laisser sortir du pétrole, après le remorquage de la poupe qui s'est détachée pendant la tempête. Difficile de parler de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

La « théorie décoloniale » ou l’invention d’un ennemi commun

Tribunes accès libre
par et ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.