La femme du martyr

Trente ans après la mort du leader Miguel Enriquez, Carmen Castillo,
qui fut sa compagne, retrace le mouvement de résistance à Pinochet. Entre portrait et autoportrait, elle s’interroge sur le sens de l’engagement.

Tout part de la rue. La révolte, la répression, la mort, les retrouvailles, les questions... le film. Tout part de cette Calle Santa Fe où, le 5 octobre 1974, son compagnon, Miguel Enriquez, leader du mouvement de la gauche révolutionnaire chilienne (MIR), est mort, tué par la milice de Pinochet. Cette rue où elle est restée étendue, perdant du sang et l'enfant qui allait naître. Cette rue où ils avaient vécu heureux, le médecin et l'historienne, mariés dans la résistance. Cette rue où sa vie s'est brisée.…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents