Le prix du sang

À travers trois affaires criminelles, Bernard George démonte le mécanisme des emballements médiatiques.

Jean-Claude Renard  • 13 décembre 2007 abonné·es

Coupables, forcément coupables. Dans les journaux, aux yeux de l'opinion. Avant d'avoir été jugés. Coupables médiatiques. Et plus le crime est horrible, mieux la machine s'ébranle. Balle peau

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Médias
Temps de lecture : 2 minutes