Le prix du sang

À travers trois affaires criminelles, Bernard George démonte le mécanisme des emballements médiatiques.

Coupables, forcément coupables. Dans les journaux, aux yeux de l'opinion. Avant d'avoir été jugés. Coupables médiatiques. Et plus le crime est horrible, mieux la machine s'ébranle. Balle peau pour les innocents entraînés dans l'hystérie collective. Telle est « la mécanique du pire » démontée par Bernard George, suivant trois exemples : les accusés d'Outreau, Jean Chouraqui, Dominique Baudis. Tous innocentés par la suite. Pour que la machine s'enclenche, il faut un crime abominable. Ingrédient essentiel. Et…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents